Ca veut dire quoi: gérer son stress?

Avant tout, mieux se connaître… mais aussi s’occuper de soi.. vous êtes votre meilleur ami!

Avant tout respirer…

Poser son souffle au creux de son bas-ventre, poser une main sur le ventre, l’autre par dessus et se concentrer sur sa respiration avec l’intention de gonfler le ventre sous les mains à l’inspir et de le dégonfler à l’expir en ayant tout vidé, jusqu’à la sensation de ne plus avoir d’air. Et de laisser le ventre se gonfler presque tout seul à l’inspir suivant… Faire ainsi plusieurs cycles respiratoires ..inspir sous le ventre… expir…

Ensuite, si vous êtes stressé au point de ne plus savoir comment faire face, si vos raisonnements prennent des allures de cercles revenant toujours au même point de départ « je n’en peux plus », si vous pestez intérieurement (ou extérieurement) contre vos collègues qui ne font rien pour arranger votre surcharge de travail et/ou vos supérieurs qui ne vous donnent aucun signe de reconnaissance, pire vous critiquent sur un dossier que vous croyiez bien ficelé, alors dites-vous que ce n’est peut-être pas dans l’entreprise que vous trouverez les ressources pour changer votre perception des choses (et non pas les choses elles-mêmes !) et préparer votre stratégie de changement.

N’attendez pas d’être au bout du rouleau pour décider de vous occuper de vous. Car c’est bien de votre stratégie personnelle de gestion de ces situations problématiques qu’il s’agit. Quel regard vous portez sur elles, comment vous les évaluez, quelles interprétations vous en faites ? Vos réponses sont personnelles, directement en lien avec vos schémas éducatifs, et sont automatiques (vous ne raisonnez plus, votre cerveau préfrontal est « débranché »). Vous êtes en quelque sorte « programmé » à réagir de la sorte, à travers un processus répétitif bien ancré dans les habitudes. Mais pour inefficaces qu’ils soient, car générateurs de stress, ces processus ne sont pas une fatalité, ils peuvent être modifiés. A partir de là, vous pourrez mieux décider quoi faire pour changer les choses, en vous positionnant de manière plus affirmée, en exprimant vos besoins, en faisant des choix.

Il convient avant tout de comprendre ce qui génère du stress chez vous( = source de stress) , et comment (= réaction au stress), afin de mieux identifier les paramètres sur lesquels vous pourrez jouer (= gestion du stress). Cette auto-analyse est la première étape à une prise en charge progressive de votre malaise (ou souffrance, à un degré supérieur) au travail.

Interrogez-vous dès que quelque chose (quoi ? notez-le) vous chagrine au travail :
– Qu’est-ce que ça me fait exactement ? Quelles sont les émotions qui sont là (surprise, tristesse, jalousie, colère…) ? Avec quoi sont-elles en lien (souvenirs d’enfance, valeurs malmenées..)?
– Comment est-ce que j’interprète la situation?
– Y-aurait-il une autre façon de voir les choses ?

Et enfin, qu’est-ce que je peux mettre en place pour changer ce qui m’affecte:
– qu’est-ce qui dépend de moi ?
– qu’est-ce qui ne dépend pas de moi ? Puis-je m’adresser à la bonne personne ?

Ne laissez pas ces situations creuser des galeries dans votre humeur, parlez-en avec des personnes de confiance, cherchez d’autres regards. Faites-vous aider. C’est essentiel dans une période de fragilité.

Bonne semaine à tous